Interview de Philippa Boyens, co-scénariste du « Hobbit »

Philippa Boyens, co-scénariste du Hobbit avec Peter Jackson et Fran Walsh, a récemment donné une interview à Stuff.co.nz où elle explique le processus de création et certains choix pris lors de l’écriture du scénario.

Attention tout de même, des éléments clés de l’intrigue y sont dévoilés, mais n’ayez crainte ! Pour les plus curieux, il vous suffira de cliquer sur la balise spoiler pour faire apparaître le maudit texte !!!

La co-scénariste Philippa Boyens, dit de la première partie Un Voyage Inattendu : « C’est étonnamment émouvant, même si c’est une joyeuse aventure ».

 

Originaire de Wellington, Philippa Boyens est connue pour être l’une des scénaristes les plus brillantes de son temps. Elle a gagné un Oscar, un Bafta et a été nominée pour beaucoup d’autres récompenses, y compris celui de la Writers Guild of America.

Cette réussite, elle la doit beaucoup à ses débuts de scénariste avec Sir Peter Jackson sur la trilogie Le Seigneur des Anneaux. Elle a ensuite co-écrit et co-produit King Kong et The Lovely Bones avec Peter Jackson et Fran Walsh.

Donc, au vu de son récent travail sur la trilogie à 500 millions de dollars Bilbo le Hobbit, qui sera bientôt révélée au monde en Décembre avec Un Voyage Inattendu, nous pensions évidemment que, dès le début, Philippa était désireuse de retourner en Terre du Milieu.

Lorsqu’on le lui a demandé, il y a eu une longue pause avant sa réponse : « J’ai aimé ce monde. J’ai aimé l’écriture de J.R.R. Tolkien. [Mais] je ressentais quelque part en moi, comme un sentiment de « déjà fait ».

« Mais ce sentiment n’a pas duré très longtemps parce que Bilbo le Hobbit est vraiment un tout autre type de récit fantastique, un travail complètement différent. Lorsque nous nous y sommes mis et que nous avons commencé à écrire, j’ai apprécié et puis j’ai commencé à l’aimer de plus en plus. C’était un processus naturel, comme retomber amoureuse. »

Philippa, qui avant Le Seigneur des Anneaux, avait aussi été dramaturge, enseignante, productrice et éditrice, a commencé à écrire le scénario de Bilbo le Hobbit avec Peter Jackson, Fran Walsh et le cinéaste mexicain Guillermo del Toro ( qui à l’époque devait également en être le réalisateur). « …Puis nous avons écrit un film qui aurait été différent de la version originale du Hobbit. J’aurais adoré voir ce film, parce que je pense qu’il [Del Toro] est un cinéaste incroyable. Mais lorsque que Guillermo a pris la décision de ne pas le réaliser et que Peter Jackson reprit son poste, nous avons dû tout recommencer. Vous devez écrire pour le réalisateur, ou dans ce cas précis, écrire une vision particulière qu’il a en tête. »

Del Toro a toujours contribué à la réalisation du script et Philippa dit qu’il a eu un impact direct sur son écriture.

« C’était formidable de travailler avec lui … d’avoir un regard neuf. Il m’a certainement aidé personnellement à être à nouveau enthousiaste, car il était tellement emballé d’aller là-bas. C’était vraiment positif. Cela dit, une fois que nous nous sommes remis à écrire tous les trois, nous sommes revenus à ce que nous savions déjà. A savoir que le film allait être réalisé par Peter. »

Une autre différence avec Le Seigneur des Anneaux pour Philippa est qu’elle est arrivée sur le projet de Bilbo le Hobbit avec plus d’expérience car depuis, elle a à son actif, l’écriture du scénario de King Kong et The Lovely Bones.

En ce qui concerne les enjeux de l’adaptation de Bilbo le Hobbit sur grand écran, Philippa dit qu’il y avait des problèmes évidents avant même qu’ils n’aient commencé à écrire.

Il s’agit notamment d’avoir treize Nains et Bilbo, le héros de l’histoire, qui ne tue pas le grand méchant : Smaug le dragon. (Dans le livre ce dernier est tué par Bard, personnage mineur joué par l’acteur britannique Luke Evans dans la trilogie)

Puis  Smaug, dans le livre, meurt bien avant que l’histoire ne se termine. « Qu’est-ce que cela signifie ? Vous ne voulez pas redémarrer l’histoire. La mort du dragon doit faire partie d’un ensemble plus vaste (…) il y a des tournants dans l’histoire et une évolution. Il commence comme un livre joyeux pour enfants, ensuite, si vous regardez les derniers chapitres de ce conte, ils deviennent plus sombres. La fin se rapproche du monde du Seigneur des Anneaux. Ce changement de ton était un défi constant. »

Philippa dit que, ni elle ni Peter Jackson ou Fran Walsh n’ont pensé réduire le nombre de Nains, ou que Bilbo puisse tuer Smaug et donc déplacer la mort du dragon. « Il y a certaines choses qui sont sacrées et les Nains en font partie. Et finalement cela s’est résolu assez facilement. Tout est dans la narration. Un jour, j’ai eu cette sorte d’illumination, j’ai réalisé qu’il n’y avait pas trop de Nains mais plutôt qu’ils étaient trop peu nombreux. Une fois que vous façonnez l’histoire et que vous comprenez qu’il n’y a que treize d’entre eux essayant de reprendre une montagne face à un dragon, alors c’est bon. »

Lorsque l’équipe a écrit le scénario, c’était pour un film en deux volets, mais après qu’une grande partie du tournage ait été réalisée, il a été annoncé que Le Hobbit serait en trois volets. Philippa explique qu’elle a dû réadapter le scénario rapidement. « Il faut bien le dire, c’était un développement naturel. »

L’histoire sera élargie grâce à des éléments glanés dans les annexes du Seigneur des Anneaux, ainsi que quelques idées propres aux scénaristes. Philippa indique qu’elle était persuadée que cela aurait pu devenir trois films rien qu’avec tout ce qu’ils avaient déjà filmé, et la façon dont les personnages avaient été portés à l’écran. Même le premier film, Un voyage inattendu, est « étonnamment émouvant, même si c’est une joyeuse aventure ».

Philippa était également consciente que le livre ne contient aucun personnage féminin autres que des personnages secondaires. Galadriel – à nouveau interprétée par Cate Blanchett – ne fait qu’une apparition, mais c’est un personnage des écrits de Tolkien. Cependant, Tauriel, l’elfe combative, jouée par l’actrice canadienne Evangeline Lilly, est née de l’imagination de Philippa, Peter et Fran. « Il s’agit du genre de décision que vous prenez lorsque vous ne pensez plus en tant que fan de Tolkien mais en tant que cinéphile. C’était une décision assez facile car cela donne un petit plus. Le poids de cette énergie masculine est assez constant. C’est bénéfique et c’est merveilleux, les Nains me rappellent une très bonne équipe de rugby. Ce sont des Nains forts et très dévoués. »

« Nous aurions pu présenter un personnage humain de sexe féminin. Mais nous avons décidé que ce serait une elfe. Il y avait une petite histoire en trame de fond dans le Seigneur des Anneaux que nous avons voulu reprendre et pour la développer cela impliquait une énergie très féminine, nous avons donc décidé de l’utiliser et le personnage de Tauriel a vu le jour. »

Et pour Philippa, l’histoire ne s’arrêtera pas une fois que le film Un Voyage Inattendu sera sur les écrans. Le tournage reprend avec d’autres scènes de la trilogie à Wellington dès l’année prochaine et elle est susceptible de revenir à l’écriture du scénario. « Vous nous connaissez, on ne s’arrête jamais. »

 

Source : Stuff.co.nz

Bookmarquez le permalien.
  • Très bon article.

  • Cirion

    « Il y avait une petite histoire en trame de fond dans le Seigneur des Anneaux que nous avons voulu reprendre et pour la développer cela impliquait une énergie très féminine, nous avons donc décidé de l’utiliser et le personnage de Tauriel a vu le jour. »

    J’aimerais bien savoir à quoi elle fait référence, ça me fait vraiment très peur.

    • Findun

      La phrase est pas très claire mais peut être fait elle référence à la volonté d’avoir une elfe guerrière dans le film , chose qu’ils avaient ammorcé dans le SDA en voulant, à la base, faire combattre Arwen au gouffre de Helm avant de se raviser.

  • Interessant… Viiiite!! 😀

  • Arthur Brusseau via Facebook