Tolkien et la religion, nouvelle parution signée Léo Carruthers

Ce 16 novembre sera mis en vente un nouvel ouvrage de Léo Carruthers intitulé Tolkien et la religion. Comme une lampe invisible. Tout un programme que nous allons voir plus en détail.

leo-carruthers_0

Léo Carruthers

Directeur du CEMA (Centre d’Etudes Médiévales Anglaises) de Paris IV, Léo Carruthers n’en est pas à son coup d’essai sur Tolkien. Dès 1998 en effet, en parallèle avec la parution de son ouvrage Beowulf [introduction et étude], Mr Carruthers publiait un article intitulé Beowulf as Inter-Text in Tolkien’s Mythology  — que l’on pourrait traduire par « Beowulf comme un intertexte dans la mythologie de Tolkien », suivit de nombreux autres articles ou traductions. En point d’orgue de ces parutions, notons la direction d’ouvrage de Tolkien et le Moyen Âge en 2007 et la rédaction de 11 notices dans le Dictionnaire Tolkien de Vincent Ferré, en 2012.

9782271065681

Tolkien et le Moyen-Âge, dirigé par Léo Carruthers

C’est par contre un premier ouvrage écrit exclusivement par Léo Carruthers sur Tolkien qui nous parviendra aujourd’hui 16 novembre aux Presses de l’université Paris-Sorbonne. Le livre semble s’articuler autour de l’exploration de l’œuvre de Tolkien d’un point de vue religieux, se demandant à quel point la foi de l’auteur transparaît dans les thèmes abordés et dans les légendes décrites.

Si cette grille de lecture a très souvent été appliquée à Tolkien, on notera ici la démarche universitaire et analytique de l’ouvrage. Nul doute que le lecteur assidu de l’écrivain trouvera dans ces pages de précieuses informations et pistes de réflexion.

Voici le résumé de l’ouvrage, lisible sur le site des Presses de l’université Paris-Sorbonne (vous pourrez également y trouver la table des matières) :

Peut-on qualifier Tolkien d’« auteur catholique », comme certains sont tentés de le faire ? Converti par sa mère au catholicisme, Tolkien resta toute sa vie un fidèle pieux et pratiquant, mais plutôt conservateur. Enracinée au cœur de sa vie privée, la religion l’est aussi au sein du groupe des Inklings, dans lequel Tolkien joua un rôle clé et qu’animait son meilleur ami, C.S. Lewis, universitaire connu pour ses livres de théologie populaire. De même, elle l’est dans la carrière universitaire du créateur de la Terre du Milieu, dans les textes du Moyen Âge, chrétiens, païens, ou mixtes, dont il était spécialiste et où il puisa en grande partie son inspiration.

Mais les romans de Tolkien, d’où le terme Dieu est écarté, véhiculent-ils une spiritualité définie ? Cet essai explore la mythologie de l’auteur, non seulement dans les deux romans publiés de son vivant (Le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux), mais aussi à travers l’ensemble de légendes, Le Silmarillion et L’Histoire de la Terre du Milieu, sur lequel il travaillait incessamment, sans pouvoir l’achever de manière satisfaisante. À des degrés divers, difficiles à cerner originellement, mais plus accentués vers la fin de la vie de l’écrivain, les thèmes du mythe, de la religion et de la spiritualité ne cessent d’être présents dans cette œuvre vaste.

Tolkien « auteur catholique » ? Leo Carruthers souligne l’aspect neutre d’une mythologie fidèle à sa logique interne, une préhistoire humaine placée dans un temps indéfini, où l’on ressent toutefois « une sorte de foi, comme une lampe invisible ».

Vous pouvez d’ores et déjà commander l’ouvrage sur Amazon.

Cyril

A propos de Cyril

Etudiant en informatique, ce Bordelais d'une vingtaine d'année, est rédacteur depuis septembre 2014. Ce fan de Tolkien adore par dessus tout chercher des œuvres faisant référence ou prenant inspiration dans le Légendaire du Professeur.
Bookmarquez le permalien.