« Le Hobbit : Un Voyage Inattendu » l’avis de Benjamin & Jennifer

Benjamin et Jennifer vous donnent leurs avis sur le Hobbit : un Voyage Inattendu !

L’avis de Benjamin

Cinéma : Gaumont Carré Sénart (91)

Format : 3D 48 fps (HFR)

Note : 4/5

NE PAS LIRE SI VOUS N’AVEZ PAS VU LE FILM

Enfin le retour en Terre du Milieu! Mélange de crainte et d’excitation. Les craintes sont surtout axées sur la technologie HFR, les avis ont été et sont toujours divisés sur le rendu et l’immersion ou l’absence d’immersion due à cette fréquence d’affichage. Et bien, je dois avouer que cela m’a beaucoup plu, image nette, clarté, c’est en effet bien plus agréable que la 3D habituelle, bien qu’à l’époque d’Avatar (projeté en 3D 24ips) l’image était tout aussi belle… Donc du point de vue technique, les 48 images/seconde et la 3D je dis : chapeau ! Je suis conquis! Moi qui avais peur de subir des nausées ( certains commentaires en faisait mention) ou d’avoir une sensation d’images accélérées et bien non (peut être les 5 premières minutes et encore c’était léger), c’était une  superbe expérience! En ce qui concerne la colorimétrie, je dois avouer qu’il y a un peu trop de travail sur l’image et de saturation, on voit sans cesse que les couleurs et le rendu général ont été retouchés. Alors c’est pas une catastrophe bien sûr mais cela m’a tout de même interpellé. Petit détail, on voit que certains acteurs ont été retouchés (forcément, je ne critique pas mais on le remarque) et il arrive que certains plans de Gandalf soient moins bien réussis que d’autres. Espérons que ce détail soit peaufiné pour la version Blu-ray…

Maintenant passons à la durée, pas le confiseur bien sûr, mais les 2h50 de films : J’ai ressenti par ci par là quelques lenteurs et certaines scènes qui auraient pu être raccourcies, mais dans l’ensemble je trouve le rythme et la longueur du film convenables, en tout cas pour une première partie, là encore ce premier volet sert à planter le décor et la base de l’histoire, donc oui la première moitié de ce premier opus est assez calme dans l’ensemble (je passe l’introduction flash back). L’adaptation : Peter, Fran et Philippa ont bien conservé le côté léger du roman, l’histoire se déroule comme nous la connaissons (je parle de ceux qui ont lu le livre bien entendu). En ce qui concerne les libertés prises par nos trois scénaristes (quatre avec G. Del Toro) je n’ai pas été pris de convulsions ni crié au scandale durant la séance…quoi que : Radagast, ses petits lapins ne m’ont pas gênés en revanche c’est vrai que ce côté clownesque et enfantin me laisse perplexe et là je ne comprends pas trop le choix de donner à ce personnage cette dimension comique grotesque. Oui “Le Hobbit” est un livre pour enfant, oui “Le Hobbit : Un Voyage Inattendu” est le plus “joyeux” des trois films, mais de là à porter à l’écran l’un des cinq Istaris de la sorte je trouve que c’est un peu trop à mon goût. Soit il fallait faire un film pour enfants et là d’accord Radagast joue parfaitement son rôle, soit c’est vraiment le préquelle du Seigneur des Anneaux et les Istaris sont des personnages puissants et dignes mais à vouloir jouer sur les deux tableaux, les deux cibles (enfants et adultes) ne s’y retrouvent pas. Enfin bon, passons…

Des scènes ont été modifiées par rapport au roman et je n’ai pas compris là aussi, par exemple pourquoi Bilbon tombe-t-il dans la crevasse au fond de Gobelinville d’entrée de jeu et non pas comme dans le roman lorsque la compagnie s’échappe grâce à Gandalf? Pourquoi Azog ne meurt-il pas durant la bataille d’Azanulbizar (d’ailleurs le nom de la bataille n’est même pas citée).

Globalement le film m’a beaucoup plu et il est évident que je m’emparerai du Blu-ray version longue lorsqu’il sortira mais il y a une scène, une seule que je n’ai pas aimé et que je trouve complètement inutile et mal réalisée c’est lorsque Radagast (encore lui) tente de faire diversion pour permettre à la compagnie de fuir les orcs qui les pourchassent. Pourquoi Radagast ne cesse-t-il de revenir sur la compagnie si c’est pour vouloir éloigner les orcs, là au contraire il les ramène toutes les deux minutes? Filmer la compagnie s’enfuyant, puis trouvant la crevasse pour s’y cacher et échapper aux orcs aurait été tout aussi rythmé et simple, et d’ailleurs lorsque la compagnie suit cette crevasse je trouve qu’ils arrivent vite à Imladris par rapport au plan précédant où l’on voyait les plaines rocailleuses infestées d’orcs et de wargs, on a l’impression qu’ils parcourent cinq cent mettre et pouf ils arrivent à Fondcombe alors que rien à l’horizon ne présageait d’arriver dans cette énorme crevasse abritant la demeure d’Elorond, le montage n’est pas très juste, mais peut être que la version longue nous permettra de voir que leur marche dure plus longtemps. Gandalf n’apporte pas la confusion chez trolls mais Bilbon et cela sûrement pour donner plus d’ampleur à ce dernier, mais j’avoue que j’aime ce chapitre dans le livre et je suis un peu déçu de ne pas l’avoir retrouvé ici. A noter que pas mal de scènes vues dans les bandes annonces ne sont pas présentes dans le film au cinéma (Gandalf parcourant Dol Guldur, son combat contre Thraïn, tout cela nous le verrons dans la version longue)

La musique d’Howard Shore est toujours excellente et illustre bien les diverses ambiances à travers les quelles nous passons tout au long du film. On retrouve les mélodies des lieux découverts dans le Seigneur des Anneaux et les nouveaux thèmes, principalement celui des nains, donnent une profondeur aux personnages et à leur histoire. Donc si je devais réduire mon analyse à donner une note, je donnerais 4 sur 5 (le point en moins en grande partie pour Radgast le loufoque).

Alors mes chers amis, je vous invite vivement à aller découvrir ce premier volet des aventures du Hobbit et ce si possible en HFR 48ips. J’attends donc avec impatience la version longue qui reflétera la vision aboutie et complète de Peter Jackson.

L’avis de Jennifer

Cinéma : Gaumont Wilson, Toulouse

Format : 3D 48fps/2D/ VO/ VF

Note : 4/5

Vous devez surement vous demander pourquoi ai-je mis autant de temps avant de publier mon avis sur le premier épisode de cette trilogie. Le fait est que je craignais de ne pas parvenir à écrire une vraie critique car j’ai tellement attendu ce film que je savais que j’aurais beaucoup de mal à rester impartiale, et à critiquer quoi que ce soit. Donc après l’avoir vu plusieurs fois et essayé les différents formats en passant par la VO, la VF, la 2D et la 3D-HFR, je pense être enfin en mesure de vous donner un avis objectif. Du moins je l’espère.

Le Hobbit : Un Voyage Inattendu est un film que j’avais énormément envie de voir et en même temps, je craignais aussi de le découvrir car j’imaginais, étant donné que le roman sur lequel il est basé est très court – bien trop court du moins pour en faire une trilogie d’après l’avis général – que je pourrais être déçue. Mais ça n’a pas été le cas. Bien au contraire, j’ai été agréablement surprise.

J’avais du mal à contenir mon excitation dans la salle de cinéma lorsque je l’ai vu pour la première fois, j’étais une vraie boule de nerfs totalement angoissée mais qui s’est calmé lorsque j’ai entendu « My Dear Frodo… »
Dès le début du film, on se retrouve en Terre du Milieu, on ressent alors, en apercevant tous les paysages de la Comté et la demeure de ce cher Bilbo, un profond sentiment de nostalgie et de satisfaction comme lors d’un retour chez soi après un long voyage. C’est un peu ce que j’ai eu l’impression de vivre à ce moment là.

J’ai énormément apprécié le prologue qui permet de se re-situer au niveau de l’histoire de la Terre du Milieu – et pour avoir vu le film avec des personnes pas forcément proches de l’univers de Tolkien – j’ai trouvé l’idée très bonne car ça permet aux non-connaisseurs de se familiariser rapidement avec la Terre du Milieu. Les scènes à Erebor avec les nains sont magistrales. Petit point à savoir, c’est à ce moment là que Peter Jackson fait son caméo en incarnant l’un des nains mais il n’est pas très reconnaissable malheureusement. C’est dommage. L’attaque de Dale par Smaug est l’une de mes scènes préférées, c’est tellement frustrant de ne pas voir le dragon en lui-même ! J’ai tellement hâte de le découvrir enfin !

On retrouve ensuite pendant un laps très court mais suffisant, Frodo et son oncle qui discutent et ces scènes permettent de situer habilement Le Hobbit en tant que prequel du Seigneur des Anneaux avec quelques détails que vous avez surement tous reconnu comme les tenues que portent les personnages, le fait que ce soit le jour du cent onzième anniversaire de Bilbo ou encore la pancarte « No Admittance Except On Party Business ». Et enfin, le film commence vraiment.

J’avais déjà vu Martin Freeman à l’oeuvre dans divers films et surtout dans Sherlock mais là, je l’ai trouvé tout simplement parfait. Je suis vraiment heureuse que ce soit lui et pas un autre qui ait décroché son rôle car ce dernier était fait pour lui. Il a Bilbo dans la peau si je puis dire. Les mimiques qu’il a apporté au personnage, sa manière de parler, et son air mi-curieux-mi-craintif à l’idée d’embarquer pour une aventure lorsque Gandalf lui propose est exactement comme je voyais Bilbo en lisant le roman. Mais il n’est pas le seul à m’avoir bluffé.

Thorin est vraiment le personnage qui m’a le plus épaté. Lorsque j’ai découvert pour la première fois les clichés du Nain et son aspect physique, j’étais quelque peu réticente mais au fil du temps, j’ai fini par m’y faire et en voyant le film, j’ai été vraiment fascinée par le personnage. Je dois même dire qu’il est le héros de l’histoire. Richard Armitage apporte énormément de charisme et de classe à ce personnage qu’il campe avec réussite ! Mais j’ai eu parfois l’impression qu’on ne voyait que Thorin au détriment des autres Nains.

D’ailleurs, c’est l’un des points négatifs de ce premier volet, les Nains ne sont pas assez développés. Parmi ceux qui sont un peu mis en avant, on retrouve Balin qui est très intelligent et qui est celui qui me semble le plus proche de Thorin, racontant son histoire avec sagesse et admiration, Kili et Fili sont un peu les successeurs de Merry et Pippin, ils sont jeunes et intrépides, souvent amusants mais courageux, n’hésitant pas à faire face aux dangers pour sauver leurs amis. Et je dois dire que dans la salle, plusieurs filles ne sont pas restées insensibles à ce cher Kili… Bofur qui m’a beaucoup fait rire lorsqu’il parle de Smaug à Bilbo à Bag End, en l’effrayant sans le faire exprès et il m’a d’ailleurs beaucoup touché lors de la scène aux Monts Brumeux, j’en ai eu les larmes aux yeux, il y a aussi Ori qui est l’un de mes nains préférés, jeune et innocent, pensant parvenir à se battre avec son lance-pierre (j’ai adoré la petite scène l’impliquant à Rivendell lorsqu’il a l’air désemparé face à la nourriture très verte qu’est celle des Elfes) et Dwalin, ce guerrier fidèle à la compagnie… J’ai vraiment adoré son aspect physique ! Mais c’est tout, malheureusement, les autres nains ont été éclipsés, on les entend à peine voir pas du tout ce que j’ai trouvé vraiment dommage donc j’espère que dans les deux autres volets, on les verra plus.

Puisque je parlais des points négatifs, il y a quelques détails que j’ai trouvé assez gênants à certains moments, des éléments du roman qui ont été modifiés et qui entachent la cohérence de l’histoire… Je pense notamment à la découverte de l’Anneau par Bilbo, à la manière dont Thrain a été montré dans le film ou encore ce qui concerne la bataille d’Azanulbizar… Il y a aussi le nom du hérisson de Radagast qui m’a consternée – Sébastien, ça n’a rien à voir avec un nom qu’on pourrait trouver en Terre du Milieu… Cela fait plus pensé à Disney & La Petite Sirène donc j’ai trouvé ça étrange. D’ailleurs, la scène où il tente de sauver le hérisson m’a presque fait rire… J’ai également noté le fait qu’il y avait énormément de points communs, de petits détails ici et là avec la trilogie qui étaient glissés dans le film – comme quand Gandalf dit « Fools », ou quand Bilbo met l’Anneau pour la première fois, il se glisse à son doigt de la même manière que ça avait été le cas pour Frodo à Bree… Donc oui, beaucoup de similitudes mais ce n’est pas vraiment un point négatif en réalité…

Donc revenons en aux points positifs : Ma scène préférée est évidemment celle des Énigmes dans le Noir. Andy Serkis est vraiment parfait ! Il n’y a pas à dire, le duo Freeman-Serkis a marché à la perfection dans cette scène ! Gollum est encore plus beau que dans la trilogie, dix ans s’étant écoulés depuis celle-ci, les technologies de motion-capture ont évoluées et cela se remarque ! Je n’arrivais pas à détacher mon regard de ses yeux, j’étais comme hypnotisée tant j’étais fascinée ! J’ai même trouvé la scène trop courte – d’ailleurs concernant la durée du film, je n’ai pas eu l’impression que le film durait trois heures, je n’ai du moins, pas vu le temps passé !

J’ai beaucoup apprécié la bande-originale du film – et tout particulièrement les deux chansons des Nains que j’ai trouvé parfaites (je précise que le doublage des chansons en français est atroce ! A éviter absolument, ça enlève le charme des chansons !). Et même si j’ai beaucoup apprécié le fait de retrouver des morceaux du Seigneur des Anneaux , je dois avouer qu’il n’y a pas de chansons qui m’ont vraiment marquées, exceptée le thème entraînant de Lonely Mountain.

La fin du film était magique avec le grand oeil de Smaug, je suis restée pétrifiée sur mon siège jusqu’à la fin du générique me repassant les scènes du film dans ma tête.

Pour conclure, Un Voyage Inattendu est une très bonne adaptation malgré certains bémols notés. Les scènes d’actions sont très bien rythmées, les décors, les costumes, les effets-spéciaux, c’est du grand art, l’équipe de WETA a encore fait des miracles. J’ai été comblée par ce film, j’ai du mal à trouver les mots pour décrire correctement ce que j’ai ressenti. J’ai vraiment hâte d’être en décembre 2013 pour découvrir le deuxième volet des aventures de notre Compagnie préférée !

Concernant le format 3D HFR : 

Je n’ai jamais été une grande adepte du format 3D, je crois bien que j’ai seulement vu un film ou deux dans ce format avant celui-ci et je n’avais pas du tout accroché. Je m’étais juré de ne plus renouveler l’expérience mais j’ai tellement entendu parler de cette technologie révolutionnaire qu’est la diffusion d’un film en quarante-huit images par seconde. Peter Jackson a tellement eu de mal à la faire accepter à certains sceptiques que je me devais d’aller tester au moins une fois le HFR…. Et je dois dire que je n’ai pas du tout regretté l’expérience ! Pendant les deux-trois premières minutes du film, j’ai mis un petit laps de temps avant d’adapter mes yeux au format mais une fois que c’était fait, j’ai vraiment apprécié le film et le HFR. L’image est plus nette, plus vivante et j’ai vraiment eu l’impression d’être transportée dans le film – surtout lors des scènes impliquant les aigles – c’était magique ! Une belle surprise !

Bookmarquez le permalien.
  • je suis dacor avec vous apar pour radagast. je ne pansse pas que sont quoté loufoque et enfantin me derange. sa donne une nouvelle vision de l`istari. et sourtout quond peut voir un cote serieux du personage quand il va a dol guldur et se ba avec un nazgul. mest dapres moi lavoir fait participer haut conseil blanc lui aurait peut etre donner un hotre phase de lui quar dapres moi il aurait pa pu fair le fou quare avec saroumane sa norait pa marcher. le personnage de saroumane minterse peux dans bilbo le hobbit il a un coté inbésil non intéligent. sa ma ddéplus vraiment et ont peut sourtout se dire que le personnage convoit dégas lanneaus et sauron ses poursa quil esait de changé le sujet souvant. ses quoit que jaurait aimer sa saurais que quand gandalf parl aux nain des mage il aurait falus un court flashback.

  • Berny le Gris

    Globalement je me retrouve dans vos 2 analyses. Le modifications par rapport au livre me gênent un peu. En particulier la capture des nains par les trolls. Qu’ils se rendent tous en même temps et se laissent capturer ne me parait pas crédible.
    La VO est à privilégier, j’ai même l’impression que la spatialisation de la musique et des bruitages est meilleure en VO qu’en VF.

    • Jak

      Beaucoup d’indécis sur Radagast, je fais partit de ceux qui trouvent qu’il fait partit des points positifs du film. j’ai adoré la manière dont il est montré, loufoque, mais sérieux. La scène a Dol Guldur est magique, et la scène de poursuite avec les Wargs est tout aussi bien.. Il veut les envoyer plus loin mais d’autres wargs arrivent donc il faut qu’il se sauve la peau aussi. Non, non vraiment un excellent point, après je comprends le ressenti. Perso’, ma salle de cinéma , étant blindé, j’ai beaucoup entendu rire pour Sébastien.

  • Anonyme

    Benjamin, concernant la chute de Bilbo dès son arrivée à Gobelinville, cet écart par rapport au livre ne m’a pas du tout gêné. Au contraire, je trouve cela plus cohérent car cela permet à la scène des énigmes de se dérouler chronologiquement en même temps que la fuite des nains à travers Gobelinville et donc de permettre à Bilbo de rejoindre la compagnie peu de temps après sa sortie des montagnes ainsi les nains n’ont pas à attendre Bilbo (et l’on comprendrait difficilement pourquoi les nains se risqueraient à s’attarder près des montagnes alors qu’ils ont provoqués la mort du roi gobelin) ce qui évite une cassure dans le rythme et la dynamique du film.
    De plus Bilbo ne prend donc pas part à la stupide course poursuite tournée par Jackson où il aurait eu l’air completement décalé et évite une scène difficilement transposable à l’écran où les nains se relaient pour porter Bilbo.
    Jennifer, pour moi aussi la plus belle scène du film reste celle des énigmes dans le noir; elle est visuellement très réussie, et l’atmosphère du livre bien rendue (angoisse, musique, humour…).

  • Pingback: Sac Longchamp pas cher()

  • Pingback: CheaP Oakley DisPatch()