Résumé de l’avant-première de Londres

En direct de 160 pays, l’avant-première de Londres a été suivie, retransmise et partagée en live. Retour sur les événements forts de ce moment, la dernière avant-première mondiale d’un film adapté des romans de Tolkien par Peter Jackson.


Rappel des acteurs présents sur le tapis vert du cinéma Odéon de Leicester Square : Peter Jackson, Philippa Boyens, Martin Freeman (Bilbo), Richard Armitage (Thorin), Evangeline Lilly (Tauriel), Luke Evans (Bard), Benedict Cumberbatch (Smaug/Le Nécromancien/Sauron), Orlando Bloom (Legolas), Ian McKellen (Gandalf),  Lee Pace (Thranduil), Andy Serkis (Gollum), Stephen Fry (Le maitre de Lacville), Sylvester McCoy (Radagast), Mikael Persbrandt (Beorn), Ryan Gage (Alfrid), John Bell (Bain, fils de Bard), Aidan Turner (Kili), Ken Scott (Balin), James Nesbitt (Bofur), Adam Brown (Ori), Jed Brophy (Nori) et enfin, Billy Boyd, interprète de la chanson du générique de fin, The Last Goodbye. Un direct de Nouvelle-Zélande sera également organisé au cours de la soirée.

elfieUn « elfie » de Lee Pace, Evangeline Lilly et Orlando Bloom

Tous les acteurs sont interviewés, très émus par cette avant-première, et nous font part de leur émotion de voir tous ces fans s’être déplacés juste pour les voir. Ils nous parlent du tournage, et des souvenirs qu’ils en ont. Voici un résumé de chacune des interviews !

Billy Boyd (Pippin) est très heureux d’être là, et honoré que Peter Jackson ait fait appel à lui pour écrire et interpréter la chanson « the last goodbye ». Cela lui permet d’être présent depuis le début, avec le Seigneur des Anneaux, jusqu’au générique final du Hobbit. Il n’imagine pas l’univers de Tolkien tourné ailleurs qu’en Nouvelle Zélande, qui est un pays extraordinaire.

 

Présent avec un petit bout de chou (petit fils ?), Sylvester McCoy (Radagast) est nerveux par la présence du public, mais prend aussi beaucoup de plaisir. Bien évidemment, il est triste que cela soit finit. Il est émerveillé par les gens présents et les décors autour d’eux. Pour lui, ça a été un voyage extraordinaire, l’équipe du film est devenu une véritable famille.

Luke Evans London premiere

Luke Evans (Bard) évoque un voyage extraordinaire et une trilogie colossale. C’est un événement à la fois merveilleux et triste. La particularité de Peter Jackson est qu’il vit ses films et Luke est fier d’y avoir participé. Il nous fait part d’une petite anecdote. Il parle d’une scène présente dans le film – en réalité la première scène qu’il a tourné sur la terre du milieu, la Nouvelle Zélande. Cela fait quatre ans qu’il attend pour la voir ! Il termine l’interview avec un dernier petit souvenir de lui à cheval et de Ian McKellen faisant du French Cancan avec sa robe … sans pantalon en dessous !

Manu Benett (Azog), admet qu’il fait très froid ce soir à Londres et nous parle un peu de son rôle de « bad guy », nécessaire dans le film. Richard Armitage joue Thorin, et Azog est l’incarnation d’une menace. Il s’est beaucoup amusé et avoue qu’il aurait aimé porter un costume vert plutôt que son costard actuel. Au début du tournage, il n’était pas avec les autres acteurs, ce qui était assez frustrant, et il avait un peu peur de la motion capture, qu’il n’avait jamais utilisé avant.

Aidan Turner London premiere

Le nain tant aimé, Aidan Turner (Kili) trouve que c’est presque effrayant tout ce monde présent ce soir. Il est en pleine forme, et cela lui réchauffe le coeur de voir autant de fans qui se sont déplacés spécialement. Participer à cette trilogie aura été le plus beau travail de sa vie. C’est à la fois fantastique et triste. Quand on lui demande ce qu’il préfère entre l’amour et la bataille, il répond simplement l’amour. Par ailleurs il précise également qu’il y a environ 50 minutes de bataille.

Le jeune John Bell (Bain, fils de Bard) est impressionné par la foule, une véritable folie sur le tapis. Il parle de son rôle, qui prend une petite importance dans ce film. Pour jouer au mieux les scènes d’action, le jeune acteur s’est entraîné avec un professionnel du taekwondo. Il rappelle qu’il n’avait que quatorze ans lors du tournage.

Evangeline Lilly London premiere

Evangeline Lilly (Tauriel) trouve cela passionnant, et pense qu’elle va pleurer en regardant le film. L’accueil a été pour elle fantastique, bien que la présence de Tauriel soit particulière, parce que ce personnage n’est pas dans le livre. Elle fait passer beaucoup d’émotion dans le film et est très excitée de le voir.

Martin Freeman London premiere

Le hobbit tant attendu, Martin Freeman (Bilbo) apprécie la présence des fans et les décors montés pour l’occasion. C’est la fin de l’histoire et il voulait être présent, ça n’aurait pas été sympa de ne pas être là, après tout ! Il n’arrive pas à s’habituer à cette popularité, et ça serait de la folie, d’ailleurs, de s’y habituer. Quand on lui demande de décrire un fan de hobbit, il dit en plaisantant, qu’il doit être beau, intelligent, qu’il a forcément bon goût, et lit beaucoup … À propos de son travail sur le tournage, il est stupéfait par tant de batailles, et du fait que Peter Jackson laisse beaucoup de liberté. Il discute énormément avec son équipe et ses acteurs. Tout cela rend le travail facile et très plaisant. Il remercie les fans. Il est aussi très heureux des liens d’amitié qui se sont tissés durant le tournage. Pour conclure, les fans doivent acheter les DVDs, sinon ce ne sont pas des vrais fans !

Andy Serkis (Gollum, deuxième réalisateur) trouve cela phénoménal d’être là et c’est très difficile pour lui de réaliser que c’est fini. Sans Peter Jackson, rien n’aurait pu être fait. (Mec t’as aussi travaillé sur le Hobbit !)

McKellen Serkis Bloom London premiere

L’homme-qui-ne-se-coiffait-pas – même pour des avant-premières – Orlando Bloom (Legolas) adore charmer ses fans. Après tout, ils sont très importants. Petit mot au passage avec Ian McKellen, qui trouve cela formidable, et estime que ce ne sont pas des adieux. De nouveau seul, il parle d’un mariage entre Tolkien et Peter Jackson. Selon lui, il a respecté la vision de Tolkien, et ses films auraient sans doute plu à ce dernier. Mister Bloom n’en revient pas d’avoir commencé à 21 ans et d’être encore là, à 37 ans, mais cela a été très amusant de le faire. Les films seront vus par son fils, et son petit-fils, et le fils de son petit-fils … La grande différence pour lui, entre les deux trilogies, c’est bien sûr la technologie 3D, assez simple aujourd’hui à gérer, mais il est malgré tout toujours nécessaire d’apprendre le scénario.

Boyd dwarves London premiere

 

Jed Brophy (Nori) passe une soirée exceptionnelle mais triste, également. C’est formidable pour lui d’être là, avec des fans fidèles, qu’il remercie de tout son coeur. Il rappelle également qu’il est présent du début à la fin, car il a aussi travaillé sur le Seigneur des Anneaux. Pour lui, Peter Jackson a fait beaucoup pour la Nouvelle Zélande.

Adam Brown (Ori) trouve cela extraordinaire car les fans sont présents et dorment sur place depuis quatre jours ! Il parle également des costumes de Cosplay qui sont géniaux, et que les professionnels auraient du souci à se faire. Il explique aussi qu’il a dû faire de la gym pour le film, mais que depuis la fin du tournage, il n’en a plus refait.

James Nesbitt (Bofur) est, lui aussi, impressionné par le monde et très heureux de retrouver toute l’équipe. Pour lui, on célèbre le film ce soir, alors ce n’est pas triste. La Nouvelle Zélande est, à ses yeux, un pays incroyable.

Stephen Fry (le maître de Lacville), comme beaucoup, est impressionné par la foule, mais reste humble. Il est proche de Peter Jackson et dit de lui que c’est un homme extraordinaire.

Lee Pace London premiere

L’elfe le plus froid de tous les temps, Lee Pace (Thranduil) s’amuse beaucoup. Avec le présentateur, il évoque l’image de son personnage, qui n’aime vraiment pas les nains, mais aussi les orcs. (il n’aime personne en fait !). L’acteur avoue également s’être beaucoup préparé pour les combats. Il nous donne un dernier conseil: nous devons aller en Nouvelle Zélande !

PJ London premiere

Peter Jackson (réalisateur) dit qu’il a la chance d’être, parmi tous les fans, celui qui a fait les films. Le dernier opus est ce qu’il pouvait faire de mieux et le plus captivant de la trilogie Hobbit. Dans le fond il est triste que ça soit la dernière, mais l’accueil du public est très chaleureux. Il admet avoir fini le film il y a à peine une semaine et espère qu’il ne regrettera pas certains des choix qu’il a fait. (Il n’a pas encore vu le film en entier) Il nous confie que ce qui est merveilleux avec ces deux trilogies, c’est que ça n’a pas été juste un travail qu’il doit offrir au monde, mais qu’ils ont créé une famille, et qu’il est fier d’avoir tissé des amitiés pour la vie. Peter Jackson tient vraiment à remercier le pays, ainsi que l’accueil et le soutien du peuple Néo-Zélandais, sans qui rien n’aurait pu arriver. Il lui est difficile de choisir un souvenir en particulier, mais le plus important et le plus difficile est de dire au revoir aux acteurs. C’est une véritable torture, sans doute plus dur que de finir le film lui-même. Cela a été spécialement difficile pour Ian, lorsque Peter lui a dit que plus jamais il n’aurait cette barbe et cette robe.

Ryan Gage (Alfrid) admet que le dernier jour de tournage fut difficile et triste, et que Peter Jackson a versé sa petite larme.

Philippa Boyens (co-scénariste), pour sa part, est heureuse d’avoir survécu aux films. Elle sait qu’ils sont très importants pour les fans, et trouve extraordinaire de voir leur  réaction, et ce qu’apportent les films à certaines personnes.

Benedict Cumberbatch London premiere

Le plus mystérieux des méchants, Benedict Cumberbatch (Smaug) trouve ces adieux formidables. Quant à son rôle, il dit que Tolkien a si bien décrit l’esprit de Smaug, que cela a facilité son interprétation. Monsieur se « pèle le cul » à Londres.

Richard Armitage London premiere

Richard Armitage (Thorin) connaît le livre depuis sa tendre enfance. Il a vu le film la veille, et cela lui a déchiré le coeur. Par contre, il sera un homme heureux s’il ne voit plus jamais de colle et de silicone pour le reste de sa vie.

Ken Scott (Balin) est émerveillé, et est très présent auprès des fans. Lui-même aime beaucoup son personnage. Pour finir, il laisse un doute sur la fin : est-ce vraiment la fin ? n’y aurait-il plus rien à faire dans l’univers de Tolkien ?…

Ian McKellen (Gandalf) aimerait que ces six films deviennent des classiques. Ça a été pour lui une expérience extraordinaire. Il se souvient qu’en 2000, il pensait avoir fini, mais que finalement il est toujours là, en 2014. Alors il a gardé son chapeau et sa cape, prêt à y retourner si besoin ! Il a entendu parler de l’histoire du French Cancan décrite par Luke Evans et la nie en bloc. Ces films ont été tournés pour les fans, mais aussi pour eux même, qui sont désormais comme une grande « Tokien family »

En direct depuis la Nouvelle Zélande, un petit mot de Graham McTravish (Dwalin) et de Stephen Hunter (Bombur), qui nous font part de l’expérience extraordinaire qu’ils ont vécu. Quant au directeur de la Weta Workshop, Richard Falconer, il estime avoir passé la moitié de sa carrière sur ces six films.

Pour conclure, une petite photo de famille et Peter Jackson remercie ceux qui sont là ce soir. Il dit que c’est un film créé pour les fans, et qu’il espère grandement qu’il va leur plaire.

Un dernier message enfin de Martin Freeman, qui rajoute que le film a aussi été créé pour eux même. Il est heureux d’apporter ce film au public. en fin de compte, il n’est pas triste.

Five-Armies-London-Premiere

Petites notes :

Quelques acteurs avaient épinglé sur leurs vestes le logo du Sidaction : Luke Evans, Ian McKellen et Stephen Fry.

Excepté Richard Armitage, personne n’a vu le film fini, pas même Peter Jackson.

Chaque acteur a dit un petit mot sur la Nouvelle-Zélande, et tous sont d’accord pour la décrire comme un pays magnifique, sublime, pur, rafraîchissant. Et le peuple Néo-Zélandais est très accueillant. Personne n’imagine la terre du Milieu dans un autre pays.

Tout le monde a trouvé l’accueil des fans extraordinaire. Et même s’ils sont tous tristes que cela soit terminé, ils sont tous aussi très fiers d’avoir participé à cette aventure.

Vous pouvez revoir l’intégralité de la cérémonie ici même !

 

 

Résumé écrit par Morgane, nouvelle rédactrice !

Morgane

A propos de Morgane

Étudiante en Français Langue Étrangère d'une vingtaine d'année et rédactrice depuis novembre 2014. C'est à l'âge de 8 ans et avec le premier film de Peter Jackson qu'elle plonge dans l'univers de Tolkien pour ne jamais en ressortir.
Bookmarquez le permalien.