Northmoor Project : fuyez, pour vos sous !

Depuis quelques jours, les publications autour du « Northmoor Project » abondent ! Mais de quoi s’agit-il plus précisément ?

Lancé il y a peu, ce projet est lié à la vente d’une bâtisse située au nord d’Oxford, occupée par la famille Tolkien entre 1930 et 1947. Pour la petite histoire, la famille s’y est installée après avoir déménagé de la maison voisine, au 22 Northmoor Road. C’est donc au numéro 20 que Tolkien écrivit le Hobbit et une bonne partie du Seigneur des Anneaux, comme le rappelle une plaque commémorative fixée sur la façade.

LE PROJET

Objectif

Présenté comme voulant sauver la maison de Tolkien (“Support the campaign to save J.R.R. Tolkien’s home”), le projet a également pour objectif d’y établir un centre dédié à l’auteur. Voici ce qu’on peut lire sur son site internet d’après une traduction réalisée par nos soins :

« Contrairement à d’autres écrivains de sa stature, Tolkien ne fait l’objet d’aucun centre qui lui soit dédié, où que ce soit dans le monde – nous voulons changer cela. Notre objectif n’est pas de faire de la maison de Tolkien un musée, mais bien d’en faire une maison accueillante, stimulant la créativité et inspirant de nouvelles générations d’écrivains, d’artistes et de réalisateurs. La maison proposerait également des programmes virtuels pour ceux qui n’auraient pas la possibilité de voyager jusqu’à Oxford. C’est une course contre la montre qui s’engage pour acheter cette maison avant que quelqu’un d’autre ne le fasse.« 

Pour atteindre son but, le site explique devoir collecter la somme minimum de 4 millions de £ qui permettrait à l’association d’acquérir la maison. Les différents aménagements envisagés restent, quant à eux, tributaires de l’obtention d’une somme supérieure à ce montant. Au final c’est près de 4,8 millions de £ qu’il faudrait rassembler pour mener à bien l’intégralité du projet comprenant, entre autres, la rénovation de la maison (l’idée étant de lui redonner l’allure qu’elle avait dans les années 40, à la différence près que les chambres à l’étage refléteraient les cultures que Tolkien a inventées), la restauration du jardin, mais aussi la construction d’une maison de Hobbit, d’un flet dans un arbre et d’une antre de Smaug pour les fumeurs de pipe.

A la vue des objectifs annoncés, on peut s’interroger sur leur pertinence et leurs limites. Cette maison ne serait pas un musée – la législation impose que la bâtisse reste résidentielle – mais elle serait rénovée pour ressembler à ce qu’elle était dans les années 40. Elle ne serait pas vraiment un centre d’études mais accueillerait des séminaires d’écriture et divers autres événements. Enfin on y trouverait un tas d’aménagements inspirés de l’univers de Tolkien. Autant d’éléments qui donnent l’impression que les organisateurs du projet n’ont pas su définir clairement la finalité de celui-ci et ont ainsi pioché des idées ça et là sans réelle cohérence. A quoi servirait concrètement ce projet ? Sa ligne directrice reste floue, et pour un tel pécule nous sommes en droit d’avoir plus de précisions. Que serions-nous appelés à financer exactement ? Sous couvert d’un financement participatif, l’objectif n’est-il pas de financer l’achat de la maison au profit de quelques fans ? La question se pose.

Financement

Pour mener à bien cet étrange projet, une campagne de financement participatif a été lancée. Comme vous le savez, ce type de campagne est axé sur la logique des contreparties, que l’on peut également découvrir sur la page du projet :

* Don de Hobbit : à partir de 20 £, votre nom dans le Livre Rouge des Fondateurs.
* Don de Nain : à partir de 200 £, votre nom dans le Livre et sur une plaque murale.
* Don d’Humain : à partir de 2 000 £, contreparties précédentes et une invitation à une soirée spéciale des donateurs à Oxford.
* Don d’Elfe : à partir de 20 000 £, vous devenez mécène à vie pour le Centre, et serez invité à tous les événements spéciaux qui s’y tiendront
* Don de Sorcier : à partir de 200 000 £, en plus des précédentes contreparties, une pièce, ou une zone du jardin à votre nom.
* Don de Valar : Pour des dons encore plus importants, le site vous incite à contacter directement les organisateurs du projet.

En plus du financement participatif, le site présente une boutique. Mais le flou demeure, on ignore – à l’heure où nous écrivons cet article – si les items qui s’y trouvent servent à financer le projet – et à quelle hauteur – où s’ils ne servent qu’à maximiser les profits.

UN PROJET QUI SUSCITE DE NOMBREUSES INQUIÉTUDES

Une communication racoleuse et mensongère

Le premier point qui nous amène à nous interroger sur l’honnêteté du projet réside dans certains termes utilisés pour le présenter. En effet, les organisateurs de celui-ci prétendent vouloir “sauver” la maison. Mais elle n’est absolument pas menacée, elle est juste en vente. Elle est habitée depuis que la famille Tolkien l’a quittée et n’est donc pas à l’abandon. Rien n’indique qu’elle soit en danger, d’autant plus qu’il s’agit d’un monument classé Grade II, ce qui indique qu’il est déjà perçu comme important et fait donc l’objet d’une attention particulière de la part des autorités compétentes en la matière. Parler de sauvetage est, au mieux racoleur, au pire malhonnête, d’autant plus que l’usage de ce terme est récurrent.

Par ailleurs, on peut lire qu’il n’existe aucun centre dédié à Tolkien dans le monde. C’est faux.

Premièrement c’est omettre l’existence d’établissements, tels que le Greisinger Museum ,qui accueillent du public tout au long de l’année, ainsi que de nombreux gîtes inspirés des trous de Hobbit.

Deuxièmement on peut s’interroger sur l’utilité d’un tel centre pour la promotion de Tolkien et les recherches universitaires. D’un côté parce que la promotion de l’oeuvre de l’auteur est assurée depuis des années par une myriade d’organisations, depuis la très active Tolkien Society qui organise chaque année un Tolkien Seminar, jusqu’à des institutions comme la BNF ou la Bodleian Library, Tolkiendil ou la Società Tolkieniana Italiana. De l’autre parce que les chercheurs n’ont pas attendu l’existence d’un tel centre pour étudier l’œuvre de Tolkien, qu’il s’agisse de travaux publiés dans le journal académique des Tolkien Studies ou de travaux de recherches menés dans le cadre universitaire. Rappelons au passage qu’une liste non exhaustive des recherches menées en France peut-être trouvée sur le site Pour Tolkien administré par Vincent Ferré.

N’oublions pas, en outre, qu’Oxford est une ville universitaire qui dispose donc certainement des infrastructures nécessaires à l’accueil de séminaires et autres événements du genre, ce qui n’est pas le cas de cette maison située dans une zone résidentielle.

Un projet non affilié

En parcourant le site du projet, on apprend que celui-ci n’est aucunement lié à la Tolkien Estate qui représente les ayants-droits de l’auteur. Vouloir ouvrir un centre qui lui serait dédié sans le concours de ces derniers semble pour le moins étrange. On peut même s’interroger sur la faisabilité d’un tel projet, quand on sait à quel point le Tolkien Estate a tendance à se montrer très protecteur dès lors qu’il s’agit de l’auteur. Au final Tolkien semble être ici un prétexte puisque les séminaires organisés ne seraient pas nécessairement liés à ses travaux.

Dans le même ordre d’idée, plusieurs associations et organismes actifs autour de l’univers de Tolkien sont montés au créneau pour souligner les limites du projet et rappeler n’être en aucun cas impliqués ou affiliés à celui-ci. Nous sommes nombreux à nous interroger à son sujet. Les questions sont telles qu’elles ont notamment donné lieu à la création d’un compte Twitter parodique ainsi qu’à plusieurs publications appelant à la méfiance.

Une gestion des fonds opaques

Enfin, s’il est une question qui semble particulièrement importante c’est la la dimension financière du projet. En cherchant un peu dans la FAQ du site, on apprend ce qui adviendrait si la somme rassemblée n’atteignait pas le plafond nécessaire. On découvre ainsi que, dans le cas où il ne serait pas possible d’acheter la maison, l’association se permettrait de réinvestir les fonds dans d’autres activités de promotion de Tolkien et son œuvre, mais sans en préciser les modalités. Les dons réalisés sur Paypal pourraient, quant à eux, être retournés, à la demande.

Un véritable flou persiste donc autour de cette question, d’autant qu’il est habituel lors de ce genre de campagne, que les fonds soient restitués aux donateurs si le projet n’aboutit pas. Nous ne saurions donc que vous conseiller de vous méfier.

Alexandre

Administrateur du site depuis fin 2013, Alexandre est un passionné. C'est ce qui l'a conduit à étudier les écrits du Légendaire dans un mémoire consacré à la résurgence de la période contemporaine et à la réappropriation de motifs médiévaux dans le Seigneur des Anneaux, mais aussi à explorer Oxford sur les traces de Tolkien.

2 pensées sur “Northmoor Project : fuyez, pour vos sous !

  • 28 décembre 2020 à 13 h 15 min
    Permalink

    Merci pour cet article édifiant ! Un beau travail d’investigation qui permet de se risquer, en toute connaissance de cause, à soutenir un projet qui serait intéressant s’il était fait « dans les règles »…

    Répondre
  • 23 janvier 2021 à 9 h 37 min
    Permalink

    Un grand merci pour cet article. J’avoue avoir été à deux doigts de donner un peu d’argent, heureusement sauvés par votre article, qui partiront soit dans l’achat de livres de Tolkien pour compléter ma collection, soit à la Tolkien Society !
    Merci également pour tout le travail fait sur ce site, les articles sont pertinents, l’écriture est fluide, organisée et agréable à lire !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

css.php