Nouvelle traduction du « Hobbit » avec annotations

Demain, jeudi 06 septembre 2012, une nouvelle traduction du « Hobbit » sera disponible chez votre libraire préféré. Cette nouvelle édition sera accompagnée d’annotations rédigées par l’écrivain de fantasy médiévale et grand analyste des écrits de Tolkien, Douglas A. Anderson.

bilbo annoté

Il faut remonter en 1969, soit 32 ans après la première publication originale du « Hobbit » pour enfin découvrir le premier roman de J.R.R Tolkien dans la langue de Molière.
C’est Francis Ledoux, homme de lettre et traducteur (1906-1990) qui à l’époque se chargea de la traduction du livre ainsi que celle du « Seigneur des Anneaux » en 1972 ce qui lui valut, pour le premier tome, le prix du meilleur livre étranger.
Cependant, ce « Hobbit » première mouture souffre d’une traduction parfois hasardeuse ou incomplète et se détache de celle du « Seigneur de Anneaux » où son travail fut bien plus poussé. L’incohérence la plus connue étant : Bilbo dans le « Hobbit » et Bilbon dans « Le Seigneur des Anneaux », le –n– étant ajouté sûrement pour appuyer une diction plus française.

C’est pourquoi, une nouvelle traduction a été décidée par l’éditeur Christian Bourgois (connu pour ses versions illustrées de grande qualité) et le traducteur québécois Daniel Lauzon, essentiellement connu pour sa traduction française de « L’histoire de la Terre du Milieu ». Tout ceci sous la direction et l’œil avisé de Vincent Ferré, universitaire et expert (n’ayons pas peur des mots ! ) dans l’univers de la Terre du Milieu et qui, au passage, publiera son Dictionnaire Tolkien, le 11 octobre 2012.

Information importante, dans cette nouvelle traduction, notre protagoniste s’appellera désormais Bessac et non plus Sacquet, pourquoi me direz-vous ? Et bien premièrement, parce que la première traduction est, en quelque sorte, la propriété de Françis Ledoux et que deuxièmement Daniel Lauzon à pris en compte les recommandations de Tolkien à l’égard des traducteurs afin de coller au mieux au sens et à l’étymologie du patronyme original. Faut-il alors s’attendre à une nouvelle traduction du « Seigneur des Anneaux » avec les même changements ?

Vous trouverez entre autre dans cette nouvelle édition, des explications sur l’inspiration de J.R.R Tolkien, les modifications apportées au texte initial ainsi que des illustrations, et en appendice, une version inédite du texte sur « La Quête d’Erebor », que nous pouvions déjà lire dans « Les Contes et légendes inachevés » qui à l’époque fut rédigé par Christopher Tolkien, le fils de l’écrivain.

A noter qu’une version simple sera elle aussi disponible, à partir du 4 octobre 2012, ainsi que la version illustrée par Alan Lee, toujours aux éditions Christian Bourgois.

A cette occasion, le site Tolkiendil propose une soirée évènement!

Bookmarquez le permalien.
  • Excellent ! Voilà une belle occasion de (re)lire le livre. Hâte de découvrir cette traduction. C’est un premier pas vers une nouvelle trad du « Seigneur… » :)

  • Sofien Jacquet via Facebook

    La version d’alan lee sera mienne! :3

  • J avais relu le livre il y a quelques jours et c’est clair que cette nouvelle traduction ne vas faire de mal….

  • Attention, la transition de « Sacquet » en « Bessac » peut en surprendre plus d’un!

    :Benjamin:

  • Alcarnarmo

    Un livre absolument indispensable (il l’était déjà en version originale), et une traduction de très grande qualité (sans pour autant dénigrer celle de F. Ledoux).

    Merci beaucoup :)
    J’ai déjà commandé le mien et j’ai hâte de le recevoir !

    Cordialement

  • Oui alors ça…je sens que ça va pas passé…

  • Cirion

    Mais si mais si. Pour en avoir lu des extraits au colloque de Cerisy en avant-première, Bessac passe plus que bien. Il y a des traductions qui vont moins bien passer que celle-là, croyez-moi 😉

  • Pour ceux que ça intéressent :

    A l’occasion de la sortie du Hobbit annoté, dans une toute nouvelle
    traduction signée Daniel Lauzon, Tolkiendil a le plaisir de vous convier
    via son chat à deux soirées spéciales :

    – Jeudi 06 septembre, jour de la parution officielle de l’ouvrage, nous

    vous proposons de découvrir cette traduction du Hobbit grâce à la
    présentation d’extraits du texte (à partir de 20h00).

    – Vendredi 07 septembre, toujours à partir de 20h00 (et en direct du

    Québec !) le traducteur, Daniel Lauzon, répondra à toutes vos questions
    (que nous imaginons nombreuses).

    Pour assister (et participer) à ces soirées, vous devrez vous connecter au
    chat Tolkiendil, soit via l’applet présent sur notre site

    http://www.tolkiendil.com/chat

    soit via votre client habituel (mIRC,
    xchat…) avec les paramètres suivants : irc.tolkiendil.com:6667 channel
    #tolkien

    Enfin, pour fêter cet événement, l’association Tolkiendil est heureuse de
    mettre en jeu un exemplaire du Hobbit annoté. Pour le gagner, il vous
    faudra participer au Quizz disponible sur notre site à partir du 6
    septembre à 20h00 !

    En espérant vous voir nombreux !

    L’Equipe de Tolkiendil

  • Berny Plouz via Facebook

    Fendeval, la Pierre Arcane, la forêt de Grand’Peur…
    Sait-on si la version française des films utilisera la nouvelle traduction ?

  • On ne sait pas. Mais vu les délais, il est probable qu’ils utilisent les noms déjà utilisés dans l’adaptation du Seigneur des Anneaux et l’ancienne traduction pour les noms n’y étant pas. Après rien ne dit qu’ils changeront pas entre deux films, qui sait…

  • Dans un soucis de continuité entre les films de Peter Jackson, je suis quasiment certain que les noms des personnages et les lieux resteront les même. Il y a une différence entre ce qui se passe pour les livres et ce qui se passe pour les films.

    :Benjamin:

  • MONTEIL

    Enfin Bessac… moi ça me choque! Autant laisser Baggins…

  • Faramir

    C’est clair même si j’imagine que le travail de traduction est certainement très abouti, si ils ne peuvent pas avoir les droits sur les noms francisés autant laisser les noms originaux, vu que maintenant ce sera vraiment en contradiction avec ceux dans le seigneur des anneaux et que je suis pas franchement pour une retraduction des trois livres.

    • Alcarnarmo

      La retraduction du Seigneur des Anneaux devrait logiquement suivre celle du Hobbit, et c’est une très bonne chose, quoi qu’on en dise.

      Les traductions de Ledoux, avec ses réussites (et aussi ses limites) remontent à 1969 (pour Le Hobbit) et 1970-1972 (pour le Seigneur des Anneaux). Il était temps de proposer un texte plus moderne et plus conforme à l’ampleur du texte de Tolkien.
      Lorsque Christine Laferrière a mis au placard la vieille traduction de « Du conte de fées » de Ledoux (dans l’édition 2006 de « Les Monstres et les critiques et autres essais »), ça a été là aussi une très bonne chose.

      Non pas qu’il faille absolument renier Ledoux. Les deux traductions pourront se côtoyer sans problème, comme c’est le cas en Allemagne, en Russie ou ailleurs. Mais la nouvelle traduction de Lauzon aura le mérite d’initier un nouveau souffle sur la diffusion des textes de Tolkien en VF.

      Par ailleurs, laisser les noms en VO serait en contradiction avec une multitude de préconisations de JRRVF, exprimées dans un guide publié une première fois en 1975 pour accompagner les traducteurs.

      Cordialement

      • Lapsus : JRRT 😀

        • Alcarnarmo

          Ah oui, tiens ! :)

    • elfe626

      tout à fait d’accord. La traduction du seigneur des anneaux, malgré ses petites libertés apparemment, est cependant incontournable et elle est dans l’inconscient collectif. Donc y toucher serait une erreur monumentale. De ce fait, avec cette traduction, traduire le hobbit avec des termes encore nouveau pour les personnages et les lieux n’est selon moi pas un bienfait, ce n’est que retraduire pour retraduire. A défaut de ne pas avoir les droits sur la traduction de francis ledoux autant garder les termes anglais. Pour ce qui est du reste, des formulations de phrase et de la syntaxe je ne suis pas tout à fait contre mais c’est un peu comme de nouveaux doublages pour des long métrages disney, c’est très bien fait mais l’ancienne version nous colle toujours à la peau. Mais bon, pourquoi pas.

  • L’ancienne traduction n’avait pas modifié Baggins, à la limite le laisser tel quel à nouveau, plutôt que de créer une seconde traduction après Sacquet, m’aurait suffit.

    Maintenant il n’y a plus qu’à attendre une nouvelle traduction du SdA qui laisse Frodo s’appeler Frodo :)

  • Faramir

    Oui, tout à fait, j’avais entendu dire que les adaptation étaient une recommandation de JRRT lui-même mais ce n’est pas le travail de retraduction qui est un problème, il est même plutôt le bienvenu et attendu depuis des années (même si l’ancienne version est très bonne en soi) mais plutôt l’impact du changement de nom d’un personnage plus que cité dans nombre de médias.
    Bilbon Sacquet comme Bilbo Baggins font partie de la culture populaire et je vois difficilement comment après toutes ces années on peut s’attendre à ne pas décevoir les amateurs c’est comme si on changeait Sherlock Holmes en Sherlock Horses ou quelques chose dans ce genre…
    Le problème principal étant que ces écrits ont déjà été traduits, il risque fort d’y avoir une incompréhension sur le fait de ne pas garder le nom de la version française d’origine, très adaptée, et cela même avec la raison des droits d’auteurs donnée aux lecteurs, je m’étonne qu’un accord ne se soit pas fait ou soit si irréalisable?
    Après le fait de passer de l’anglais au français, sur le nom uniquement, est plus facile à mon goût que de passer d’une version française à une autre mais après c’est un sentiment personnel.

    • elfe626

      voilà, tout à fait d’accord. Qui ne serait pas gêné de voir harry potter traduit du jour au lendemain dans une nouvelle édition par Harry Poitiers. Bon la ce n’est peut être pas comparable, peut être pas un exemple pertinent ni plausible, mais bon tout de même on ne réussira pas à modifier ce nom très connu maintenant dans l’esprit des gens sans susciter des oppositions et des mécontentements. Après, rien n’oblige à acheter cette nouvelle traduction si l’ancienne nous convient, même si la nouvelle ne doit pas être si mal si on fait exception des noms propres. gros dilemme.

  • « à la limite le laisser tel quel à nouveau » : pour discuter de ce choix, de nombreux autres, et des indications laissées par Tolkien aux traducteurs… rdv demain sur le chat de Tolkiendil, avec le traduction, Daniel Lauzon. cordialement, VF

  • Pingback: Tolkiendrim en partenariat avec « Le Livre de Poche » ! |()

  • Pingback: « Le Hobbit » : le livre audio |()