Exclusivité Tolkiendrim – Interview d’Eric Saindon

Découvrez l’interview d’Eric Saindon – superviseur des effets spéciaux sur Le Hobbit – réalisée lors du passage de Benjamin sur le tournage du film !

Eric SaindonCrédit photo : Warner Bros.

 

Eric Saindon nous explique sa présence sur le plateau :

Pouvez-vous nous expliquer le rôle de Weta Digital sur le plateau de tournage ?

Eric Saindon : – Notre rôle ici est de rassembler toutes les informations dont nous avons besoin pour la post-production. C’est pour nous en assurer que nous prenons des photos de tous les acteurs, que nous faisons des scans corporels en 3D de chacun d’entre eux. Nous faisons de même pour tous les décors, de sorte que pour chaque ensemble, dont celui-ci, (ici le décor de Dale. ndlr), nous ayons une version numérique complète de tout ce qui est filmé. Ainsi, chaque lieu de tournage, chaque décor est modélisé en 3D afin de tout remettre dans le bon espace. Nous devons connaitre exactement les dimensions, la taille de chaque objet. Nous ne pouvons pas faire semblant, comme nous avions l’habitude de le faire pour « Le Seigneur des Anneaux ».

Si quelque chose n’allait pas, nous mettions une touffe d’herbe à l’écran sur la zone qui posait problème. C’était ce que nous avions toujours fait. Dans le monde de la 3D, nous devons tout intégrer dans le bon espace et à la bonne profondeur. La mise en place est beaucoup plus complexe, en matière d’effets visuels. Ainsi, nous réunissons désormais beaucoup plus d’informations. Nous discutons sans cesse avec Peter Jackson afin de nous organiser au mieux, et d’obtenir des écrans verts quand cela est nécessaire. Parfois c’est plus complexe. Certains de nos écrans verts fonctionnent mieux que d’autres, mais nous avons un département spécialisé, heureusement, afin que nous puissions remplacer la moindre chose qui ne fonctionnerait pas.

Que faisons-nous d’autre ? Parfois, vous voyez un homme tenant une boule grise et argent (chrome) marcher à travers le décor. C’est pour deux raisons. Le gris sert à obtenir la couleur. Nous savons de quelles couleurs sont les lumières sur le plateau. Donc, si nous faisons des ajouts numériques, nous pouvons recréer la couleur de ces ajouts. Le chrome, lui, nous sert à obtenir les positions des lumières. Ensuite nous implantons cette sphère de chrome numériquement en utilisant le même éclairage. C’est de cette façon que nous essayons d’intégrer des personnages de synthèse, des environnements, ou ce genre de choses. C’est une idée générale de ce que nous faisons. Au jour le jour, c’est toujours différent, mais c’est une vue approximative du travail que je fais ici.

 

La plupart du temps, augmentez-vous la profondeur de la 3D plus que l’oeil humain ne le ferait, afin de créer des effets plus importants ?

Eric Saindon : – Nous essayons de le faire parfois, mais cela dépend de la prise de vue. Plus l’effet est exagéré, plus l’objet ressemble à une miniature, et plus cela ressemble à une miniature, plus on a l’impression que c’est filmé en images de synthèse. C’est la raison pour laquelle nous essayons de travailler sur l’idée que tout est une fenêtre, que l’écran est une fenêtre et que vous voyez à travers elle. Lorsque nous voulons que quelque chose aille vraiment vers votre visage, nous pouvons évidemment jouer un peu avec les effets, mais si l’on joue tro