Les frères Weinstein et le procès contre Warner : une affaire de gros sous

La nouvelle est tombée il y a peu : les frères Weinstein, producteurs et distributeurs de films, portent plainte contre Warner pour la trilogie du Hobbit. Que se cache-t-il là-dessous ?

Vous le savez peut-être déjà, mais au delà d’une gentille « adaptation » du livre Le Hobbit se cache, comme bien souvent, une énorme machine qui tourne grâce à des sommes d’argent mirobolantes.

En outre, les frères Weinstein de la Weinstein Company, une société américaine de production et de distribution de films, ont porté plainte contre Warner pour récupérer une plus grosse part des profits obtenus par les deux premiers films Le Hobbit et exigent 75 millions de dollars de dommages et intérêts.

Pour information, la Weinstein Compagny a été créée par les frères Harvey et Bob Weinstein en 2005 après leur départ de Miramax Films, qu’ils avaient créé en 1979 et qui avait été racheté par la Walt Disney Company en 2003.

Le second volet du Hobbit vient de sortir un peu partout dans le monde et enchante, de manière générale, la presse et les fans de Peter Jackson. Cependant, derrière toute cette magie et cette fantasy se cache un monde réel beaucoup moins « glamour », gouverné par les gros poissons du monde de la production de films.

Mais pourquoi ces personnes veulent-elles vraiment récupérer tous les sous engendrés par la poule aux œufs d’or qu’est cette trilogie ? Propriétaires des droits jusqu’en 1998, les deux producteurs hollywoodiens cèdent à l’époque leurs droits sur l’ouvrage de Tolkien à la société New Line, une filiale de Warner. Cette dernière accepte en contrepartie de leur verser 5% des profits du premier volet Le Hobbit : un voyage inattendu. Aujourd’hui, Warner n’entend pas revenir sur les termes de ce contrat. 

En effet la mythique maison de production refuse de leur verser un seul centime de plus. En gros, on peut dire que les frères Weinstein se sont fait « arnaquer » en beauté il y a quinze ans lorsqu’ils ont reversé les droits à New Line en acceptant de percevoir une partie de la recette du premier film seulement, ignorant à l’époque qu’il y en aurait trois. D’ailleurs, Warner Bros a répondu mercredi par communiqué, qualifiant la vente des droits du Hobbit par les Weinstein de «plus grande bourde de l’histoire du cinéma». Le studio a également précisé que les Weinstein et Miramax ont accepté de n’être payé que pour le premier film inspiré du Hobbit et que «c’est tout ce qui leur est dû».

En réalité, les frères Weinstein voulaient percevoir 5% de la recette du film qui retracerait l’histoire complète du Hobbit. Or, cette histoire est ici racontée en trois films, ce qui explique pourquoi ces derniers trouvent légitime de recevoir une part des bénéfices de chaque film, et non pas seulement du premier qui n’est en fait qu’une petite partie.

Quand on voit le succès de ces blockbusters à l’américaine, pas étonnant que les deux frères essaient de gratter le maximum de sous.

Rappelons que les Weinstein avaient déjà posé problème à l’époque quand ils imposaient à Peter Jackson de réaliser le Seigneur des Anneaux en un seul film sous peine de lui confisquer le projet.

En fait, la confrontation entre Smaug et Bilbo est bien réelle dans le monde d’Hollywood, reste à savoir qui sera Smaug et qui sera Bilbo…

 bilbo-le-hobbit-2-warner-freres-weinstein

Juliette

A propos de Juliette

Administratrice du site Tolkiendrim depuis 2012 et membre active de l'association Tolkiendil, Juliette se donne sans compter lorsqu'il s'agit de promouvoir l'univers de Tolkien. Cette Lilloise British dans l'âme de 28 ans est également une jeune illustratrice en devenir.
Bookmarquez le permalien.
  • NEVERMORE

    pathétique, Warner n’est surement pas un ange, mais sur ce coup, warner à 300% raison, y a des faux mendiants qui ont plus de classe !!!

  • Eruantalon

    La Warner et Jackson ne sont pas des anges, en effet… et ils n’en sont pas à leur premier procès pour le même genre de manipulations contractuelles.

    Ce sera à la justice de décider si la Warner « a 300% raison »… Si justice est rendue, bien entendue : aux Etats-Unis, ce genre d’histoire finit toujours par un accord et un gros chèque. Et au final, on ne sait jamais qui a tort et qui a raison…

    Cordialement

  • Xav

    c’est bien malheureux en effet de voir que la maladie de l’or ne frappe pas que des personnages tiré de livres….. et je crois qu’il ne faut pas s’arrêter aux grosses firmes mais bien à toute l’humanité qui fait que notre monde est tel qu’il est aujourd’hui….

  • Mini Baron

    Bande de chiens. En faisant 3 films, ils multiplient par 3 le budget et par 3 les bénéfices. Au final, ça revient au même que faire des suites. Et les frères Weinstmerde oseraient-ils demander du fric sur d’autres films de cet univers.

    Sur le film racontant l’ensemble de l’histoire ? il y a l’argument sensible ensuite. Peut-être pensent-ils que cette histoire leur est dut ?

    Peter Jackson leur a claqué la porte parce qu’il a vu en eux des rapaces qui se branlaient de l’univers de Tolkien !

    Ils ont signés pour 1 film, en terme de bénéfices, cela ne change rien pour eux. L’univers et le côté artistique, cela ne les concerne pas étant donné leur intérêt.

    La New Line est peut-être faite d’autant de requins, mais eux ont permit la naissance d’un projet ambitieux tel le SDA.

    Quand on voit qu’eux voulaient boucler le roman en 1 (ou 2 selon les versions) films de 2h et éventuellement faire des suites… fuck off !

  • Pingback: Cette semaine en Terre du Milieu |()

  • Pingback: Cette semaine en Terre du Milieu (17/02/14 – 23/02/14) |()