Un manuscrit inédit refait surface ! (non)

Alors, pour les retardataires, bien sûr qu’aucun manuscrit inédit n’a été découvert ces trois derniers jours. Poisson d’avril ! On a besoin de rire, de surcroît en ces temps sombres 🙂 Explications en deuxième partie d’article !

Selon le magazine britannique Northstars UK, un manuscrit inédit de J.R.R. Tolkien a été retrouvé il y a deux jours !

Confinée depuis peu avec sa famille dans le village de Binsey, près d’Oxford, Shannon Weaver cherchait des idées d’activités pour distraire ses enfants. C’est ainsi qu’elle trouva, au fond d’une vieille malle, parmi d’anciennes lettres et documents ayant appartenu à sa grand-mère institutrice, une lettre à l’entête “Tolkien”. 

“C’est adressé à son nom, commente-t-elle. Il lui demande de corriger son dernier brouillon pour la publication de son livre Le Hobbit. C’est curieux, elle ne m’avait jamais dit avoir échangé avec lui…” 

Shannon semble pour le moins déconcertée par sa découverte ! Et en effet, il y a de quoi… Voyez par vous même le contenu du manuscrit, traduit par nos soins : 

* * *

D’une secousse, Bilbo fit tomber une grande créature de bois au milieu d’espèce de molosses gélatineux. Se trouvait également là Gollum, assis à côté de rien à l’exception de toutes les bouteilles, et le hobbit sanglota : 

« Eh bien, si tu dois dire que les gobelins ne savent rien, tu devrais probablement t’en aller ! »

« Ils ne sont pas très vieux, ni même dans un trou ! », s’emporta Gollum. « Ils disent que Gandalf les a attrapés avec force et les a projetés contre trois oiseaux en colère. Que les nains avaient pris le chemin de la Moria et que vous ne devriez pas penser à prendre vos aises. »

« J’ai perdu un affreux et dangereux chapeau de bois dans lequel brûle un feu », persista Bilbo. 

Ils poussèrent de puissants gazouillis avec leur nez et Bilbo sut combien Gollum était déçu. 

« J’ai bien peur que le feu brûle comme le font les chiens lorsqu’ils en ont ras la queue », expliqua-t-il. « Mais cette histoire n’est contée que par Gandalf. »

Il était somme toute angoissé à l’idée de renfourner des lapins. Thorin Lécudechesne en personne se précipita vers eux et détruisit le feu. 

« Vous savez parfaitement que vous pensiez aux abeilles géantes qui volent à l’insu de Gandalf ! Nous serons bientôt en juin, ah ! »

La créature de bois se faisait amère. Elle était presque devenue des échelles, alors qu’ils avaient commencé à se sentir responsable (de cette façon, les gobelins perçaient des trous). Bilbo comprit ce qui leur était arrivé : ils creusaient et s’enfonçaient dans les profondeurs, allez savoir où, et il y avait des tas de boutons.

« Tous les nains ont inventé le mugissement », songea-t-il.

Même avec des arbres, ils ne leur restaient plus de barbe. Mais à présent, il n’y avait rien de mieux qu’une demie-pomme. Des loups gémirent, et des cascades souterraines roulèrent devant eux telles de petits déjeuners.

Il apparut que leurs vêtements étaient reprisés par Golfimbul. Golfimbul connaissaient bien les garde-robes : il découvrit des langues pendues à leurs clarinettes et enduit tranquillement Dwalin de beurre. Mais il était déjà trop tard ; car ils commencèrent à entonner La Chanson des grumeaux :

Là, ici, nous voit,

Si tu le dois,

Plus haute que nous,

Glamdring sur vous 

Quand de la nuit vient l’heure, 

Les cuillères semblent glacées

En l’humide demeure,

L’or, des yeux cligner.

Le cœur de Golfimbul bondit dans sa bouche. Lui seul pouvait entendre les gens poétiques qui vrillent les tympans. Mais cela se révéla délicieux, en réprimant leurs mûres.  Ce n’était pas très difficile d’être gros, il suffisait simplement de continuer à mûrer. 

En fin de compte, la pestilence du tabac fit suffoquer les espèces de molosses gélatineux, mais la communauté se comporta en bienheureux. Menaçant, Thorin garantit : « Bilbo n’a rien fait de mal… »

Et ils acceptèrent tous ce fait.

* * *

📌 Alors, l’idée est partie de la fameuse “fan fiction Harry Potter écrite par une intelligence artificielle”, Harry Potter and the Portrait of What Looked Like a Large Pile of Ash (Harry Potter et le portrait de ce qui ressemblait à un gros tas de cendres). 

Sans surprise, ce n’est pas une intelligence artificielle qui a écrit ce texte : il s’agit du clavier prédictif  Botnik, qui fonctionne un peu comme votre correcteur orthographique de téléphone : il vous propose des mots dépendamment de ceux que vous avez entré au préalable (calcul statistique de probabilité de cooccurrences lexicales dans une fenêtre de trois tokens selon un modèle de chaînes de Markov, voir ici pour plus d’informations). C’est à-dire-qu’au fur et à mesure que vous entrez du texte, la machine s’adapte à vos habitudes et à vos “tics de langage”, et vous propose de choisir parmi des mots que vous utilisez souvent avec les deux derniers entrés.

Mais, et si vos “tics de langage” c’était l’intégralité du livre The Hobbit ?
C’est ce qu’on a voulu tester ! On a donc entré ce livre dans l’application Botnik et produit ce “chapitre perdu” en suivant notre intuition et la syntaxe anglaise, avant de le traduire (et ça n’a pas été une mince affaire !) pour lisser le texte et le rendre plus crédible (comment ça, “non”?!).

Voici donc le texte original : 

* * *

Bilbo pushed a great wooden creature off into jelly like dogs. Also there was Gollum sitting next to nothing except all the bottles and the hobbit wept:

 » Well then, if you must say that goblins know nothing, you should probably take off!

– they are not very old or even in a hole, Gollum answered angrily. They said that Gandalf grabbed them and drove them into three angry birds. That dwarves had taken the path to the Moria and that you ought not think of being very comfortable.

– I have lost a nasty dangerous wooden hat with fire burning in it, Bilbo persisted.

They made mighty twitters with their noses and Bilbo knew how Gollum was disappointed.

« I am afraid that fire burns like dogs do when they have had enough, he said. But this tale is only told by Gandalf. »

He was anxious about replenishing rabbits altogether.

Thorin Oakenshield himself rushed over them and destroyed the fire.

« You know quite well that you are thinking about the giant bees flying unbeknownst to Gandalf! It will soon be June, ha! « 

The wooden creature was getting bitter. It had almost become ladders, as they had begun to feel responsible (this way, the goblins were burning holes). Bilbo understood what had happened to them: they were tunnelling down, goodness knows where, and there were lots of buttons. « All dwarves invented howling « , he thought. Even with trees, they still had no beards left. But now there was nothing better than half an apple. Wolves yammered, and subterranean waterfalls rolled like breakfast before them. 

It turned out their clothes were mended by Golfimbul. Golfimbul had understood wardrobes: he found tongues hanging out of their clarinets and quietly slipped butter in dwalin. But it was too late: for they began to sing The Song of Lumps:

Lo and behold us, 

If you need to, 

Louder than we, 

Glamdring over you, 

When night comes, 

Spoons look cold, 

In wet halls, 

Blinking gold.

Golfimbul’s heart jumped into his mouth. Only he could hear poetical people who sounded terrible. But it proved delicious, as he stamped on their blackberries. It was not very difficult to be  fat, you just had to stay blackberrying. 

At the end of the day, the jelly like dogs suffocated from the oozy smell of tobacco, but the company delightedly behaved. Thorin menacingly guaranteed:  » Bilbo did nothing wrong. « 

 And they all went along with it.

* * *

Alors, vous voyez bien qu’il est exceptionnel notre document ! 😊

Retrouvez l’application Botnik ici (en anglais seulement, malheureusement) si vous voulez jouer avec à votre tour 🙂 

Remerciements à BlevennAour pour sa contribution à la traduction et à la relecture 🌺

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

css.php