Analyse du panoramique publié par Entertainment Weekly

Nous vous proposons ici une analyse détaillée de l’image publiée par Entertainment Weekly dans la nuit de mardi à mercredi.

Florian : Après une première analyse, une chose m’a tout de suite  frappée : les évènements apparaissant de gauche à droite sur cette bannière, suivent la chronologie du roman. L’arrivée à Esgaroth constituera bien la césure entre les deux films.

Nous allons donc découper ce panoramique en onze parties distinctes correspondant chacune à une scène (souvent épique) du roman.

Première partie : Gandalf devant Cul-de-Sac 

Mary : Notre cher Gandalf apparaît comme le premier élément capital de l’aventure. Le déclencheur. Celui qui appose la marque du voleur sur la porte de Bilbo. Une faible lumière se dégage de l’intérieur et laisse suggérer que le hobbit va être surpris par cette visite nocturne. La première partie de l’image nous annonce donc que le temps fort initial sera l’arrivée des nains.


« Marque du cambrioleur » plus exactement, qu’on avait pu voir le Gris Pélerin graver du bout de son bâton dans le 4ème journal de production du « Hobbit »

Deuxième partie : Une réception inattendue

Mary : Dans l’atmosphère conviviale de son smial, Bilbo semble plutôt fier de prendre part à telle aventure. Je l’imaginais plutôt inquiet pourtant ! Entre sa tarte aux pommes et sa salade, Bilbo reste sous la surveillance du grand Gandalf.

Troisième partie : La scène des Trolls

Il s’agit d’une scène culte non seulement pour les personnes ayant lu le roman mais aussi pour celles qui ont vu « Le Seigneur des Anneaux » :  le vieux Bilbo y fait directement référence durant son anniversaire (« La Communauté de l’Anneau ») lorsqu’il raconte ses péripéties à de jeunes Hobbits ébahis.

Bilbo approche furtivement du campement des Trolls dont on peut apercevoir le chaudron : encore une fois ce passage a pu être aperçu dans le premier journal de production.

 

Florian : On peut d’ailleurs voir les Nains piégés dans des sacs au pied de ce même chaudron …

Mary : …  les nains tentent de s’échapper avant d’être réduits en purée !

 

 

 

 

 

Mais où sont donc passés les Trolls me direz-vous ? Ils sont dissimulés à l’arrière plan parmi les arbres et les rochers.
Mary : Référence à leur pitoyable fin ?

 

 

Quatrième partie : La compagnie escalade une montagne au clair de lune 

Mary : Sous une lune occulte, les quatorze compagnons, accompagnés de Gandalf gravissent les flans des Monts Brumeux. Bombur, Ori et Thorin semblent sceptiques, alors que Fili et Kili ferment la marche en restant sur le qui-vive.

Bien que ce soit la première chose qu’évoque cette image, si on s’en tient à l’hypothèse de la frise chronologique  de Florian, les contreforts que l’on aperçoit ne peuvent être ceux des Monts Brumeux, cette scène se déroulant non pas avant mais après l’arrivée des quinze compagnons à Imladris.

 

 

 

 

 

Cinquième partie : Le Conseil Blanc

Il s’agit  d’une scène tirée en grande partie des appendices du « Seigneur des Anneaux »ne figurant pas dans le roman.

Florian : Cette assemblée réunit Galadriel, Elrond et Gandalf mais Saruman manque  à l’appel.

Qu’en sera-t-il de Radagast ? Participera-t-il à ces Conseils ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Florian : On peut voir sur la table devant Elrond, la lame de Morgul …
Mary : … lame dont avait parlé Quickbeam, journaliste ayant eu la chance d’assister à une projection d’un extrait de dix minutes du « Hobbit » lors de la Cinema Con.

 

 

Cependant, l’attention de l’Elfe semble fixée sur un parchemin qui semble être la carte de Thror (le grand-père de Thorin) : point de départ de l’expédition d’Erebor. Doit-on en déduire que le Conseil Blanc se déroule lors du séjour de la compagnie à Fondcombe ?

 

 

 

Sixème partie : Les énigmes dans le noir

Mary : Bilbo, perdu dans les entrailles des Monts Brumeux éclaire son chemin grâce à Dard. Elle brille, cela indique que les orcs ne sont pas très loin et qu’un nouveau combat épique risque fort de nous impressionner. Gollum le guette depuis le lac. Cette rencontre, les énigmes dans le noir changeront la destinée de Bilbo à tout jamais.

En fait Dard diffuse cette lueur dorée à l’approche d’ennemis et pas forcément d’orcs. J’en veux pour preuve qu’elle émet cette même lueur dans l’antre d’Arachné 😉

 

 

 

 

 

 

 

 

Septième partie : La recontre avec les Wargs

Mary : La fuite s’impose et Bilbo et ses compères doivent se réfugier dans les arbres. Mais les orcs sont tenaces et leurs wargs les accompagnent. Ces derniers ont l’apparence de nos loups et restituent l’idée originelle que l’on pouvait s’en faire. Leurs meutes se rassemblent et la forêt brûle.

Au-delà du fait que l’apparence des Wargs correspond à la description de Tolkien (quitte à trancher avec celle des créatures présentes dans « Le Seigneur des Anneaux ») force est de constater que Peter Jackson a en partie conservé la vision de Guillermo Del Toro (l’idée de revenir à une forme plus proche de loup émanant de ce dernier à la base).

Florian : On peut voir Bilbo en bien mauvaise posture. Une scène que j’attends impatiemment !

 

Haut dans le ciel, on peut apercevoir une nuée d’Aigles.

Spoiler (cliquez pour afficher)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Huitième partie : Rencontre avec Beorn

Mary : Gandalf s’entretient avec Beorn. L’homme-ours nous est enfin révélé et sa colère n’a d’égale que sa taille imposante. Sa fourrure brune diffère au niveau de sa tête, où deux mèches claires en tombent de part et d’autre. Ce détail me fait penser à la chevelure d’un homme, et ajoute une légère touche humanoïde à la bête. Remarquons aussi ce grand rocher sur lequel ils discutent, n’est-il pas le symbole du Carrock ?

Florian :  J’adhère totalement au design de l’ours.

Contrairement à Florian je m’attendais à un ours beaucoup plus imposant car Tolkien le décrit comme étant énorme, un peu à l’image de la version humanoïde du métamorphe. Je me réfère souvent  aux illustrations de différents dessinateurs, notamment Justin Gerard ou Matt Stewart, qui le représentent sous une forme beaucoup plus impressionnante. Au-delà de son apparence d’ours, somme toute banale, j’attends avec impatience de voir le changeur de peau sous son apparence humaine.

 

 

 

 

Neuvième partie : La scène des araignées

Une autre scène mythique du « Hobbit, qui constitue un moment clé dans l’aventure, de simple bagage, Bilbo devient un héros. L’ambiance oppressante de la forêt de Mirkwood est bien retransmise : des arbres tordus aux allures fantomatiques, une brume spectrale, des toiles d’araignées dont  la proximité semble faire briller Dard. Le Hobbit jette un regard inquiet en direction d’un endroit que je pense être celui où les insectes géants retiennent les nains captifs.

Dixième partie :  La forteresse de Thranduil ?

On aperçoit au loin les Nains sur un pont, se dirigeant vers l’entrée d’une caverne creusée dans une colline. Tout laisse à penser qu’il s’agit de la Forteresse de Thranduil (le père de Legolas).

Florian : Bizarrement  les Nains ne sont pas « accompagnés ».

Spoiler (cliquez pour afficher)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Onzième partie : La scène des tonneaux

Une scène vue à de nombreuses reprises dans les journaux de production du « Hobbit ».
On peut voir la compagnie descendre le courant dans des tonneaux, mais là où ces derniers étaient fermés dans le roman (mettant les Nains dans une position bien inconfortable) ils sont désormais ouverts.
Mary :  En tête, le pauvre Bilbo s’accroche à son baril, entraînée par le torrent vers une destination dont le paysage ne nous sera révélé que dans le second film.
Peter Jackson souhaiterait-il donner une dimension plus spectaculaire à un passage où les Nains restent normalement très passifs ?

 

 

 

 

 

 

 

Florian : D’après moi la montagne qu’on aperçoit en arrière plan est certainement le Mont Solitaire.

Spoiler (cliquez pour afficher)

 

 

 

 

 

Mary : Quelle belle surprise que la parution de cette bannière ! Le résultat est magnifique. Vivement décembre !
Cette révélation arrivant à quelques jours de la ComicCon, nous ne pouvions pas vous laisser admirer l’œuvre sans vous apporter une analyse !

 

 

Bookmarquez le permalien.
  • Thomas

    c’est incroyable cette bannière !!
    et le mont solitaire !!!!!!!!

  • Sofien Jacquet via Facebook

    Pertinente analyse je trouve..je pense que pour lescort du petit groupe a la forteresse elle ce ferra quand meme..mon instinc me le dis ^^

  • Martina Mobarrez via Facebook

    C’est un nouveau site à vous ?

  • Damien

    J’avoue que le coup de la bannière racontant l’intrigue est bien trouvé !! en plus la qualité de l’image est saisissante et les lumières embelissent le décor (d’ailleurs l’image montrant les nains monter une pente peut aussi se situer lorsque la compagnie doit monter une haute montagne à fortes pentes séparant la Trouée des trolls de Fondcombe)

  • génial….

  • John Ronald Stu via Facebook

    Analyse pertinente mais je ne suis pas convaincu pour Dard, il me semble qu’elle s’illumine uniquement en présence d’Orc et non pas juste d’ennemis. Le fait qu’elle brille dans l’antre d’Arachne s’explique simplement par la proximité de la tour de Cirith Ungol… En tout cas à vérifier dans les ouvrages..

    • Kala

      plutot d’accord avec toi!
      d’orcs ou de croisement d’orc comme les gobelins …

  • Julie

    ~ Tu sais Mary, ce ne sont pas des images fidèles de ce que l’on va voir dans le film. Elles font un peu illustrations. Il y a un montage & c’est surement pour cela que l’on voit Bilbo content à sa table entouré par les nains.
    ~ Par contre, je me demande où se situe Thorïn. Il ne fait pas partie de l’image chez Bilbo. Au début je pensais qu’il figurait sur la partie des Trolls, mais ça ne colle pas avec le comportement de Bilbo (à moins que Thorïn s’est délivré du sac ou y a échappé ou pas encore attrapé).
    ~ Pour Beorn en ours, il est vrai que je m’attendais à voir un animal plus gigantesque que la normale. Mais comme je disais précédemment, ce ne sont que des montages. Peut être que certains éléments ne sont pas respectés à l’échelle près du film.
    ~ Pour Dard qui brille, ça me surprend. Bien que des Gobelins trainent dans cette montagne, comme certains orcs étaient proche de l’antre d’Arachnée. Mais dans la trilogie, Dard ne brille que vers la fin de la scène, lorsque les orcs débarquent. Avant, c’est juste la lumière d’Earendil qui se reflète sur la lame.
    ~ Pour le pont, c’est peut être le moment où ils s’échappent des cachots. Je sais qu’ils ne traversent pas de pont dans le roman, mais ça peut être un ajout. Car lorsqu’ils rentrent dans la demeure de Thranduil, ils ne sont pas seuls.

  • Martina

    Ce sont de très jolies photos. Le seul hic, c’est que notre Roi Nain a son épée mais sans fourreau, il doit se faire mal ^^

    • Kala

      si tu parles de la 2eme partie si il a bien un fourreau … 😉

  • Jérôme

    Concernant l’ours perso je le trouve très grand, Gandalf étant déjà grand à côté de Bilbo l’ours sera énorme :-)

  • John a raison sur ce détail

  • Éloi Ficat via Facebook

    Dans la caverne Bilbo est pas très loin non plus des gobelins

  • dans la caverne oui dans la forêt …. à moins qu’il n’y ai des gobelins vivants dans les toiles des araignées je vois pas (Dol guldur est à plusieurs bornes au Sud et le Mont brumeux aussi sont loin)

  • Ce point soulève bon nombre d’interrogation, en effet Dard ne devrait pas étinceler est-ce pour les besoins graphique de ce panorama ou est-ce une incohérence de la part de PJ ? Espérons avoir quelques éléments de réponses ce weekend-end lors du comic con . -Damael-

  • John Ronald Stu via Facebook

    Surtout que niveau incohérence dans le traitement des épées, il me semble que Glamdring devrait s’illuminer comme Dard, or ce n’est jamais le cas

  • Glamdring s’illumine dans le livre a un seul moment quand elle tue le Grand-gobelin à gobelinville arès plus aucune mention, donc soit la lame ne s’allume que lors d’un des sorts de gandalf (le grand gobelin se prend une foudre sortant de l’épée il semble) soit alors elle réagit différement que Dard ou Orcrist

  • Alexandre

    Moi j’aime bien toutes ces images, elles me redonnent un peu confiance pour le film 😀

  • Pingback: Compte rendu du panel du « Hobbit » |()

  • Findun

    Je ne pense pas que la montagne dans le coin de la dernière image soit la montagne solitaire, enfin je n’espère pas. Déjà parce que pour le coup, elle n’est pas solitaire du tout^^ et qu’elle n’a aucune gueule là, j’aimerais un truc un peu plus impressionant :-)

  • David

    Jérôme -> Gandalf doit faire un bon 1.90m et arrive au coude de Beorn, j’en déduis donc que ce dernier doit faire à peu près 3m. Sachant qu’un ours brun « classique » mesure dans les 2.80m, la taille du changeur de peau n’a rien d’exceptionnelle.
    Je m’attendais franchement à un ours hors norme, un peu à l’image de la version humanoïde de Beorn qui, avant transformation, doit atteindre facilement les 3m aussi.

    Findun -> C’est fort probable que ce soit le cas, car dans le livre il est expliqué que le Mont Solitaire est visible depuis le réseaux de rivières autour d’Esgaroth. Je comprends cependant ton inquiétude, cette montagne est tout sauf menaçante.

  • Pingback: Nouvelles bannières pour « Le Hobbit » ! |()